l-aventure-d-elikaPartie 2 

samedi 05 avril 2014 par eclia
La marche à cheval

Je galope toujours, quand je me suis rappelée ce souvenir. Celui de mes 16 ans, où j'ai sauté de ma fenêtre pour vivre ma vie. Devenir ce que je suis maintenant.
J'essuie deux ou trois larmes de mes yeux, avant de regarder mon petit frère, complètement terrifié. J'ai alors tenté de le rassurer :
-Talok, sa va ? Tu n'as rien de cassé ?
- Qui... Qui êtes-vous ? Pourquoi m'avez vous enlevé de mes parents ? Je veut revoir Maman et Papa !
Et il éclata en larmes...
- Talok, j'ai quelques chose à te dire. Tu ne me reconnais pas parce que je suis partie de chez Maman et Papa quand tu n'avais encore qu'un an. Je ne les ais jamais revus après, jusqu'à aujourd'hui. Car oui : je suis ta sœur, que tu le veuilles ou non. Et on ne reverra sûrement jamais nos parents. Ils sont partis au-dessus des nuages, vivre le bonheur éternel. Mais ils ne te reverront plus jamais, et nous ne les reverrons pas non plus.
Cette dernière phrase me remit les larmes aux yeux. La mort de mes parents étant une véritable épreuve, devoir tout expliquer à Talok sans être trop brusque l'était encore plus. Et puis, le simple fait de ne plus jamais les revoir m'attriste au plus haut point. J'ai tant de choses à leur dire...
- Heu... Sœurette ? Pourquoi tu pleures ? Et c'est quoi, au-dessus des nuages ? Ils reviendront un jour, hein ? Ils sont juste partis en vacances, j'en suis sûr !
- Tu peut m’appeler Elika, c'est mon nom. Lui dis-je en ravalant mes larmes. Papa et Maman ne reviendront jamais, je te l'ai déjà dit. Ils sont partis au-dessus des nuages pour toujours, toujours... Et au-dessus des nuages... C'est... C'est... C'est l'endroit où vont tout les gens qui ont beaucoup vécu dans leurs vie et qui se regroupent là-bas, dans la quête du bonheur éternel. Tu comprends ?
- Ou... Oui... Dit Talok. Mais je me suis vite rendue compte qu'il ne me crois pas. Il est bien trop petit pour ce genre de choses...
- Écoute, n'en parlons plus. Dis-je, pour mettre un terme à cette discussion assez angoissante. Il fait nuit, dormons.

J'arrête alors Poussière, et je me glisse au sol, aidant Talok à descendre du cheval. Je me couche alors sur le sol, dans l'herbe fraiche, et lui dit de faire de même.

Il était tellement fatigué qu'il ne fit pas d'histoires, et s'endormit en très peu de temps.

Quant à moi, je pense aux évènements d'aujourd'hui. Je me relate des souvenirs, aussi. Mais j'ai heureusement fini par m'endormir, les larmes aux yeux.
Répondre
À propos

photo de l'auteur“Jeune fille passionnée par l'écriture et la lecture, j'ai créé ce blog afin de partager ma passion, tout simplement.”

Rechercher
Connexion
Avec Facebook Connect
 Login Facebook
Ou avec vos identifiants
Enregistrer. Mot de passe perdu