mes-ecritsNouvelle pour un concours 2 

samedi 05 avril 2014 par eclia nouvelle
Une nouvelle pour un concours sur Gothicat World, le texte a atteinte la 2eme place !

Une elfe parcourait la forêt, sans but apparent.
Cela faisait plusieurs semaines déjà qu'elle avait été bannie de sa contrée natale. Pourquoi ? Elle n'avait rien fait. La créature aux oreilles pointues avait été rejetée, accusée d'avoir tué l'elfe le plus riche du village, Nöes.

La jeune elfe s'assit sur une pierre sculptée, près d'un temple abandonné, qui se dressait au loin. La roche, baignée dans la lumière du jour, était un endroit parfait pour se reposer, et pour encore une fois, replonger dans ses souvenirs.

La bannie fixait de ses beaux yeux bleus comme l'eau d'une rivière à l'eau pure, les petites ailes de paon qui ornait sa tunique en cuir, l'habit de son ancienne contrée. Celui que toutes les jeunes elfes portait. Le haut, brun comme la cime des arbres, était décoré d'une petite touche de bleu, ainsi que du symbole de sa tribu. Un paon. Il symbolisait la beauté, et la richesse de sa contrée. Où plutôt... Son ancienne contrée, devrait-on dire. Son bas était des plus normaux, une simple petite jupe rouge, des petits fils d'or fin cousu sur les bords, qui se mariait à merveille avec son haut. Elle portait des gantelets blancs comme la neige, ainsi qu'un gant de cuir brut, recoloré en jaune. Ses bottes, simples chaussures de marches faites pour la forêt, lui permettait de marcher sans avoir trop mal aux pieds. Elles étaient violettes, et l'on pouvait retrouver sur ces souliers la même matière que celle de ces gant sur le haut, du cuir brut. Une épée de combat en acier simple accroché à sa ceinture complétait la tenue.

Ses cheveux courts et roux, assez lisses, virevoltait dans le vent, sa petite barrette en plume de paon toujours accroché solidement à ceux-ci.

L'elfe s'appelait Falnea. Exilée dans la forêt depuis au moins six lunes, elle la parcourait de longs en large, sans but. Sa tristesse était infinie. Elle se rappelait de sa famille natale, morte à cause d'un éboulement, près de la petite montagne sur laquelle le village avait été dressé. Elle avait dû se débrouiller seule... Et maintenant on la rejetait. Les souvenirs passaient en trombe devant ses yeux. Elle ne savait plus où elle allait. Elle perdait peu à peu la notion du temps, se contentant juste de s'abreuver et de manger un peu, puis de recommencer sa marche, plongée dans ses souvenirs.

Des oiseaux, de la même couleur que les plumes qu'elle arborait, vinrent se poser soudainement sur une des racines à côté d'elle. Il se mirent à chanter, tout près de son oreille.

Falnea comprenait les oiseaux. Tout les membres de sa tribu les comprenait. Ceux-ci lui chantait l'Espoir. Le chant racontait qu'une elfe, comme elle, bannie de sa tribu, était aussi venue ici. Qu'elle les avait trouvés. Qu'ils lui avait chanté la joie de vivre, la façon avec laquelle elle pourrait refaire sa vie, trouver une nouvelle tribu, ou rester dans cette forêt pour l'éternité... Ils lui chantèrent que l'elfe avait vécu dans le temple, à l'époque où il n'était pas en ruine. Qu'elle avait terminé sa vie tranquillement. Ils racontèrent que l'on pouvait toujours se refaire, quoi qu'il arrive. Qu'elle rencontrerait peut-être des gens comme elle. Bannis, rejetés... Tel était le destin de certains des elfes, et elle en faisait malheureusement parti, mais qu'elle pouvait s'en libérer, se donner une « deuxième vie », en se reconstruisant peu à peu.

Ils déposèrent une fleur sur elle. Elle était blanche. Pure, comme l'âme d'un enfant. L'enfance qu'elle n'avait pas pu vraiment vivre, accélérée par la mort de ces parents.

Tout cela réconforta l'elfe. Elle glissa la fleur tout contre son cœur. Ces paroles eurent au moins le mérite de lui avoir illuminé sa morne journée.
Répondre
À propos

photo de l'auteur“Jeune fille passionnée par l'écriture et la lecture, j'ai créé ce blog afin de partager ma passion, tout simplement.”

Rechercher
Connexion
Avec Facebook Connect
 Login Facebook
Ou avec vos identifiants
Enregistrer. Mot de passe perdu