mes-lecturesLe passeur - loic lowry - jeunesse/science-fiction 

mercredi 17 août 2016 par eclia



4e de couverture
Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d'individu n'existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont "élargis". Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur.

Auteur : Loic Lowry
Genre : Jeunesse/Science-Fiction
Type : Roman
Dernière édition : 2014 par L’École des Loisirs
Prix : 6,80€



Mon avis en vidéo !

Bientôt !




Mon avis

Encore une fois, j'ai laissé le hasard choisir ma lecture à ma place, n'arrivant pas à me décider dans la bonne centaine de bouquins que je dois avoir sur ma liseuse... (ben oui, quand on pas de place chez soi, on encombre ses bibliothèques numériques ^^). Et quelle lecture !

Autant vous le dire tout de suite, ce livre est juste un énorme coup de cœur. J'ai dévoré le livre en quelques heures et j'en ai, même quatre jours après, du mal à trouver les bons mots pour vous convaincre de lire.

Pour commencer, c'est un grand classique de la littérature jeunesse : en son temps, il a été édité à l'école des Loisirs et utilisé comme lectures choisies dans les établissements scolaires. Je ne sais pas s'il est encore d'actualité et encore lu aujourd'hui.
C'est un livre, qui, à sa sortie, à plutôt fait parlé de lui.Il y a un ou deux ans il a même fait l'objet d'une adaptation au cinéma. C'est d'ailleurs par là que j'ai connu l'existence du livre et que je l'ai acheté. (au passage, le film est plutôt bon, mais n'adapte pas le livre point par point, c'est plutôt basé sur le roman et pas mal de choses changent,il faut vraiment le voir comme un film indépendant et non pas comme le film du livre)

On nous raconte l'histoire de Jonas, un douze-ans. Il vit dans une société où les enfants se voient attribuer un travail, une vie, qui correspond à leur personnalité, une société très égalitaire où les différences sont presque bannies, et où est pratiqué un mystérieux «élargissement ». Pour lui, c'est bientôt la grande cérémonie : il va connaître comment va s'ériger le reste de sa vie, et est un peu tendu. Mais pour lui, l'avenir ne sera pas vraiment ce qu'il espérait... Il va se retrouver dans le rôle du Passeur, le seul homme qui a le droit de garder les souvenirs du passé, et un des hommes les plus respectés...

Ce qui m'a fait sur-adoré ce livre, c'est d'abord l'univers.
C'est une dystopie,mais pas une « dystopie-copy »comme j'aime les appeler : (c'est à dire, en quelques mots, le schéma qui se répète beaucoup ces temps-ci dans ce genre de bouquins, c'est à dire l'histoire d'amour impossible dans une société brimée, où ils finiront par la renverser, etc...). Le livre a été écrit bien avant le phénomène.
La société est vraiment réfléchie et tout à fait reproductible dans la vie d'aujourd'hui. Il en est même flippant sur certains points tant celle-ci ressemble à la nôtre ! (de loin, juste quelques trucs hein).C'est un univers assez profond et, même si on le voit du côté enfantin avec Jonas, qui grandit encore et devient adolescent, on arrive assez rapidement à en saisir toute l'horreur, et on s'offusque avec lui.

En effet, les émotions, les couleurs, les souvenirs des ancêtres, bref, tout ce qui fait un être humain, sont brimées, voire interdites, au profit d'une égalisation de la société extrême. Finalement, tout le monde est pareil,les « sentiments » ne sont que de pâles copies des vrais, les couleurs existantes sont noires et grises, et les souvenirs du passé sont carrément interdits.
De plus, on a pas le choix de notre avenir, de notre métier, les vêtements sont les mêmes pour tous et il y a des règles rigoureuses et implacables,gardant les gens dans une semi-liberté qu'ils ne voient pas.

Ça m'a fait beaucoup réfléchir sur notre société actuelle, qui tend, malheureusement, peu à peu vers cela. Quand je dis « cela » je parle d'hyper égalisation. Par exemple, à l'école, on tente de bannir les différences de notes ou de caractères en prenant les élèves comme une masse et non comme des individus à part entières. De même, on ne comprend pas qu'ils puissent s'ennuyer en cours par exemple.A force de trop essayer d'égaliser, on ne peux que détruire ce qui fait de nous un être humain, et on devient des robots, des moutons, tous semblables. Les êtres humains sont différents, ont des goûts différents, voient différemment, apprennent différemment, ressentent différemment, et c'est là toute la beauté de notre espèce.

En parlant de « ressentir différemment », ce livre m'a aussi beaucoup fait réfléchir sur cela. A force de supprimer toutes les mauvaises émotions, les douleurs et les peines, à force d'atténuer toutes les émotions positives, l'allégresse, le rire, l'amour, sommes-nous encore des êtres humains ? Sommes-nous encore des êtres humains quand nous « élargissons » des gens de sang froid, qui sont encore trop petits pour comprendre ce qui leur arrive, à cause de cette « suppression » des émotions négatives ? Sommes-nous encore des êtres humains quand on supprime intentionnellement l'amour et la haine ?

Bref, vous l'aurez compris, ce livre m'a fait réfléchir sur la condition actuelle de l'être humain mais aussi ce qui fait de nous cet être. J'ai trouvé que c'était untrès très bon thème qui apporte vraiment beaucoup de chemins de réflexion différents !

L'histoire en elle-même esttrès touchante. C'est très rare que je pleure pendant une de mes lectures, et pourtant ce fût le cas pour celle-ci. J'étais complètement dedans, malgré quelques petites « révélations » que j'avais déjà deviné dès le début. Je vivais avec le personnage et je respirais en lui. Il y a de nombreux rebondissements, c'est addictif et très court (235 pages), de quoi faire passer une après-midi pluvieuse avec un excellent bouquin.
Petit bémol, j'ai trouvéla fin vraiment étrange et expédiée, en fait, j'ai l'impression de ne pas l'avoir trop compris, j'ai ma petite idée, mais, si cette idée était la bonne, la suite n'aurait pas vraiment lieu d'être (bien que les autres tomes changent d'univers et de personnage).

Les personnages, mais surtout ceux de Jonas, de Gabriel et du Passeur, sont vraiment attachants et on s'identifie très facilement au premier.Ils sont touchants et m'ont émue nombre de fois (et pourtant, c'est rare, le dernier livre où j'ai pleuré, c'était la voleuse de livres, de Markus Zusak, très bon roman au passage).

Bref, je ne vais pas m'étaler plus, et je vais conclure cette article qui s'étale beaucoup trop en longueur. J'ai encore plein de choses à dire et j'adorerais en discuter avec vous ! Je crois que je ne m'arrêterais pas si je pouvais parler de ce livre pendant des heures tant il m'a bouleversé.

En conclusion, c'est un vrai coup de cœur et je remercie vraiment le hasard de me l'avoir fait découvrir. C'est un livre émouvant, réfléchi et qui donne à réfléchir, addictif bien que assez jeunesse (même si les thèmes abordés peuvent plaire autant aux adultes aux enfants, et le livre de même). Je vous conseille à tous de le lire, petits et grands, amateurs de dystopies ou non. C'est pour moi un de ces livres que devrait tous avoir lus un jour. Pour moi, il sera acquit en version papier, ainsi que ces autres tomes, et trôneront fièrement dans ma bibliothèque, tout en étant relu régulièrement, car à mon avis, c'est un livre qu'il faudrait presque relire pour comprendre entièrement tout ce qu'il veux nous raconter... Lisez-le, vraiment, ça vaux le coup.

Vous pouvez acheter ce livre en cliquant ici. Bonne lecture !

Répondre
À propos

photo de l'auteur“Jeune fille passionnée par l'écriture et la lecture, j'ai créé ce blog afin de partager ma passion, tout simplement.”

Rechercher
Connexion
Avec Facebook Connect
 Login Facebook
Ou avec vos identifiants
Enregistrer. Mot de passe perdu