mes-ecritsDes préjugés, un rôle et une étoile 

mardi 21 juillet 2015 par eclia autobiographie, rencontre
Les Autres.
Ces gens tous pareils, partageant les mêmes pensées, les mêmes gestes, les mêmes stéréotypes. Ces moutons qui achètent tous la même chose, prisonniers de la société de consommation. Ces personnes à qui on peut tout faire accepter avec un peu d'acharnement. Ces gens, qui, inconsciemment, se ne gênent pas pour transmettre leur malheur à n'importe qui. Leur haine contre le monde.
Elle a toujours haï ces Autres. Depuis petite, elle s'est toujours senti différente. On la rejetait presque systématiquement, et ses amis se comptent aujourd'hui sur les doigts de la mains. Souvent, on la déteste parce qu'elle dit ce qu'elle pense. Elle à tendance à se replier, à parler le moins possible, à s'enfermer dans l'Imaginaire, son royaume qu'elle dirige depuis sa petite enfance. Elle ne demande qu'à être tranquille, et ces Autres lui ont toujours fait sentir sa différence. Avec le temps, elle n'y a plus prêté cas, même si ça lui pesait. Elle a appris à vivre avec.

Parfois, elle range dans les « Autres » des gens qui n'en sont pas. Elle se cantonne à un seul type de personne, évitant tout individu qui peut ressembler de près ou de loin à un mouton : les « trop-riches », les « top-modèles », les «très stéréotypés »… Tous ces gens qui finalement, ne le sont pas tous.
Elle se trompe réellement dans sa perception du monde, rangeant catégoriquement les trois quarts des gens dans la catégorie « Autres ». Elle sait qu'elle se trompe, mais pour elle, c'est une carapace. Elle évite les gens qui pourraient lui faire du mal le plus possible, allant même jusqu'à se donner de fausses alertes.

Un mardi en cours d'espagnol, un papier est distribué. Il est jaune et présente les multiples activités de la ville. Le mot « théâtre » lui saute aux yeux sans même avoir commencé à le lire. Elle adore les spectacles et, sans qu'elle sache vraiment pourquoi, ses proches lui disent toujours qu'elle devrait en faire. De plus, elle est curieuse de connaître « l'envers du décor ». Deux jours plus tard, elle est inscrite et s'y rend.

Elle pousse une lourde porte en bois qui donne sur un escalier. Tout en haut se trouve le local où elle allait passer les plus beaux moments de son année.
En ouvrant la porte, elle tombe sur un homme assez vieux mais au sourire étincelant. La joie de vivre se lit sur son visage. Derrière lui se trouve une dizaine de personnes de son âge, tous aussi souriants et heureux que lui.
Timide, elle salue le monsieur et elle s'assoie aux côtés des gens. Très vite, elle s'aperçoit que des « Autres potentiels » sont parmi eux, mais, étrangement, elle n'a pas envie de les éviter. Ils ont l'air sympathiques, avenants, lui sourient et n'ont aucune trace d’hostilité dans leur regard. Très vite, elle est totalement acceptée et, pour la première fois de sa vie, elle a la sensation de faire partie d'un vrai groupe. Elle garde néanmoins un peu de méfiance. On ne sait jamais.

L'année se poursuit et elle s'ouvre de plus en plus.
L'homme si gentil, se révélant être son professeur de théâtre, devient une des personnes qu'elle admire le plus. Un vrai modèle.
Il lui fait comprendre dans un premier temps qu'elle peut considérer ses compagnons comme des amis, et même bien plus. Qu'elle peut s'ouvrir à eux. Qu'elle peut leur sourire sans qu'il n'y ai un souci. Qu'elle peut être elle-même.
Doucement, il lui a montré que sa liste d'Autres n'avait pas lieu d'être. Chaque personne est différente et finalement, les moutons ne sont pas assez intéressant pour y prêter cas. Il lui a fait comprendre que sa carapace ne servait à rien, et qu'elle devait s'ouvrir et retrouver sa joie de vivre.

Elle a compris qu'elle devait s'ouvrir aux autres et mettre ses préjugés de coté, sourire et être elle-même, ce qu'elle ne faisait pas forcément. Elle jouait un rôle dans sa vie. Un rôle de misanthrope aux cheveux en bataille.
Elle a compris que tout le monde valait la peine d'être connu et que les fauteurs de trouble sont bien plus rares qu'elle ne le pensait. Qu'on l'accepterais telle qu'elle était, même s'il y aura toujours des gens pour ne pas nous aimer.

Le théâtre est devenu une de ses plus grandes passions. Elle y a trouvé une raison de vivre, au même titre que l'écriture, de merveilleux amis, et surtout, surtout, la personne qui lui a tant apporté.

Ce professeur qui l'a sauvée du ravin d'où elle se jetait, les yeux fermés.
Qui lui a tant donné alors qu'il la connaissait si peu.
Qui l'a ouverte au monde alors qu'il aurait pu ne pas y prêter cas.
Qui l'a aidé à accepter sa différence, et même à en faire une force.
Qui lui a fait comprendre qu'elle n'était pas seule.

De son côté, elle lui a donné le respect le plus profond qu'elle puisse éprouver, ainsi qu'une place dans son cœur. Ceux des grandes personnes qu'on oublie jamais, qui donnent sans compter, et qui deviennent à leur mort une étoile qui brille bien plus que les autres.
Répondre
À propos

photo de l'auteur“Jeune fille passionnée par l'écriture et la lecture, j'ai créé ce blog afin de partager ma passion, tout simplement.”

Rechercher
Connexion
Avec Facebook Connect
 Login Facebook
Ou avec vos identifiants
Enregistrer. Mot de passe perdu