Historique de la rentrée littéraire : pourquoi ? comment ?

Discutons !Leave a Comment on Historique de la rentrée littéraire : pourquoi ? comment ?

Historique de la rentrée littéraire : pourquoi ? comment ?

La rentrée littéraire, un évènement qui propulse les librairies. Image parS. Hermann & F. Richter de Pixabay

Nous sommes au mois de septembre, et qui dit septembre dit rentrée scolaire, mais surtout pour nous, adorateurs de pages jaunies et de bonnes histoires, il s’agit de la rentrée littéraire. Pour comprendre l’évènement d’aujourd’hui, il faut remonter l’historique de la rentrée littéraire.

 

Au mois de septembre, c’est effectivement des centaines et des centaines de romans qui sortent – 524 cette année, c’est énorme – , de tout les côtés, une déferlante de nouveautés à n’en plus finir. Véritable événement pour certains, reflet de notre société de consommation pour d’autres, il s’agit dans tout les cas d’un mouvement national qui provoque des remous dans notre sphère littéraire.

 

Mais ne vous êtes-vous jamais demandé d’où venait la rentrée littéraire ? Quelle sont les événements qui l’ont secouée à travers les années ? La raison de son existence ? C’est de ces quelques questions que nous allons traiter ici.

Une fête très liée aux prix littéraires...

La rentrée littéraire est un mouvement qui apparaît à la fin des années 1950, en France. On ne sait pas vraiment d’où vient cette idée de sortir autant de livres en même temps, son origine étant très liée à l’apparition des prix littéraires, dont le Goncourt au début du XXe siècle. Il ne s’agit pas de faire de la publicité au gagnant du Goncourt – nomination qui ne se fait qu’en fin d’année – mais d’éditer les livres qui seraient susceptible de bien se placer dans le palmarès final. L’historique de la rentrée littéraire est donc difficile à remonter et à définir.

C’est aussi un moment de grande attention médiatique, d’où l’importance que ces romans soient au cœur des débats : tout le monde lit, discute, débat, puis le prix vient clore la discussion. Ce dernier se basant quasi exclusivement sur les sorties des mois de septembre-octobre, il est donc logique que les romans en questions sortent en trombe dès le mois de septembre.

On parlait déjà dès la fin du XIXe siècle de « rentrée culturelle », en effet, la « rentrée théâtrale » est un terme utilisé dès 1974 par Mallarmé pour signifier la reprise de la culture. Les maisons d’éditions comme les salles de spectacles organisent leur planning à l’année, et offrent un aplomb soudain pour fêter la fin des vacances culturelles et le début d’une nouvelle année.

La rentrée littéraire, un tremplin

C’est aussi un rendez-vous qui fut très rapidement très important pour les nouveaux auteurs. La rentrée est un mouvement où les risques économiques sont moindres, toutes les grosses sorties sont regroupées au même moment. Il est alors temps pour les M.E de sélectionner leurs nouveaux poulains et de sortir leurs premiers romans. Certains tomberont dans l’oubli et d’autres seront salués par la critique… Il est de ce fait, amusant de remonter l’historique de la rentrée littéraire pour retrouver les parutions et découvrir quelques pépites tombées dans l’oubli…

Il s’agit ici de ne pas prendre trop de risques économiques : si le roman ne marche pas, ce n’est pas une grosse perte. Cruel mais vrai.

 

Mais est-ce que la rentrée littéraire propulse ? Dans ce flot de sorties, difficile de s’en sortir. Il faut bien « zoomer » sur les quelques sorties intéressantes, et c’est là que les médias entrent en jeux. C’est eux qui ont fait depuis toujours la pluie et le beau temps sur notre rentrée, sélectionnant les romans qui méritent, selon eux, d’un coup de projecteur, donnant leur avis sur les sélectionnés et mettant en lumière les nouveaux auteurs. Remonter l’historique de la rentrée littéraire, c’est donc avant tout éplucher les articles des médias de l’époque. Depuis sa création, la rentrée littéraire est aussi un moyen de donner un coup de projecteur à la littérature dans les médias, créant des rumeurs (le fameux livre X) ou tout simplement recentrant l’attention de la population sur les médias littéraires.

Un évènement qui se discute...

Malgré le fait que cet événement soit donc avant tout un événement commercial, purement économique ce bref historique de la rentrée littéraire en témoignant largement, la rentrée culturelle a pris et atteint un record de 711 romans dans les années 2010. Mais de nos jours, nous pouvons observer une baisse du nombre de livres sortis. Ennui de la population ? Trop de sorties ? Ou simplement baisse de l’intérêt pour la littérature ? Nous le verrons au cours de la semaine…

Créatrice de La Plume. J'aime partager mes lectures avec vous :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top