Historique

Un petit carnet rouge – Sofia Lundberg – Historique

4e de couverture

Le destin poignant d’une femme hors du commun Doris, âgée de 96 ans, habite seule dans un petit appartement de Stockholm. Ses journées sont rythmées par le défilé régulier d’auxiliaires de vie et par les appels de sa petite-nièce Jenny, sa seule famille et source de joie, qui vit aux Etats-Unis. Son bien le plus précieux est un carnet d’adresses, qu’elle possède depuis 1928. Ce petit objet rouge contient le souvenir des gens qu’elle a rencontrés tout au long de son existence.
Au terme de sa vie, Doris décide de coucher sur le papier l’histoire de ces personnes dont elle a rayé les noms à mesure qu’elles ont disparu de ce monde. De la riche et excentrique Suédoise dont elle a été la domestique aux plus grands couturiers français qui l’ont vue porter leurs créations, de la veuve qui lui a appris l’anglais sur le bateau l’emmenant à New York à l’aube de la guerre à l’amour de sa vie rencontré à Paris, de l’artiste suédois truculent avec qui elle a correspondu pendant des années au pêcheur solitaire qui lui a sauvé la vie, l’existence de Doris est une épopée romantique, émouvante et parfois tragique.
Désormais, il ne reste plus personne pour recueillir ces témoignages d’amitié, d’amour, de souffrance et de joie si ce n’est Jenny, venue l’accompagner dans son dernier voyage et avec qui Doris souhaite partager ses souvenirs. Pour que la mémoire demeure, et que Doris ainsi que tous ceux qui ont fait sa vie ne soient pas oubliés. Une histoire de famille et de transmission merveilleuse et bouleversante.

Informations générales

Auteur : Sofia Lundberg
Type : Roman
Genre : Historique
Dernière édition : 2018 (éditions Calmann-Lévy)
Prix : 19,90€

Mon avis

J’ai trouvé Un petit carnet rouge au gré de mes pérégrinations à la bibliothèque, dans le rayon des retours du jour. La couverture m’a attiré. J’aime les histoires de familles mignonnes et émouvantes. Alors j’ai décidé de lire ce livre !

Un petit carnet rouge nous raconte l’histoire d’une vieille dame en fin de vie. Vivant en Suède, toute la famille qui lui reste est aux Etats-Unis ; autant dire donc qu’elle s’ennuie ferme. Alors qu’elle sent petit à petit que la fin approche, elle entreprend son dernier projet : écrire l’histoire de sa vie à l’adresse de sa nièce, la dernière qu’il lui reste.

Nous voilà devant une histoire très émouvante. J’ai été extrêmement touché par ce livre, qui mêle l’amour d’une grand-mère pour sa nièce, l’approche d’une fatalité inéluctable, tout en suivant les nombreuses choses qu’elle a vécu dans sa vie. Car oui, on peut dire une chose : cette vieille dame en a vu et son histoire est réellement passionnante ; on passe de la difficulté de la vie d’une bonne suédoise à l’obédience d’une vie froufroutante à Paris, en passant par la ruine totale et absolue…
Cette histoire m’a marqué, parce qu’en sa compagnie, on se rend compte qu’une vie humaine est foisonnante. Quand on est en plein dedans, on ne se rend pas compte de tout ce qu’on abat, les difficultés ; on se concentre sur le présent ; mais quand le temps de la vieillesse et du compte-rendu de sa vie arrive, ça en fait un sacré paquet.
Le rythme est bon et les rebondissements foisonnants ; j’ai été happée par l’histoire. C’est une très belle histoire familiale.

Les personnages sont au centre de l’histoire et ce que je peux dire c’est qu’ils sont vraiment bien écrits. Ils sont attachants et j’ai vraiment compati à leur douleur. Ils ne sont absolument pas stéréotypés, et semblent très humains, on sent que ça a été une part importante du travail de l’auteur. Leur nombre n’est absolument pas un problème ; on a un noyau qui reste tout du long mais on prend aussi beaucoup de plaisir à suivre les autres personnages secondaires. En ce sens, la fin est magnifique même si elle est déchirante, un peu choquante. Je pense que vous pouvez vous attendre à la fin vu le type de récit (elle est clairement énoncée dès le début) mais ça n’a pas empêché de me marquer : s’attacher à tous ces personnages pour devoir leur dire adieu en ces termes est vraiment triste. Cela induit une belle réflexion sur la mort, fil rouge du roman.

En conclusion, Un petit carnet rouge est une très belle histoire que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. On suit cette histoire d’apparence banale mais finalement pas tant que ça ; on vit avec les personnages et on s’attache réellement à cette petite famille. Le tout cerclé d’une réflexion sur la mort, et la vie humaine. C’est un roman à lire si vous aimez les romans qui parlent d’humain au sens large, car c’est vraiment comme ça que je définirais ce livre : « un livre humain ».

Ma note finale

4/5

Vous pouvez acheter ce livre en cliquant ici. Bonne lecture !

Créatrice de La Plume. J'aime partager mes lectures avec vous :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *