Le mari de mon frère (4 tomes) – Gengoroh Tagame – Manga/Shojo

BD & MangasLeave a Comment on Le mari de mon frère (4 tomes) – Gengoroh Tagame – Manga/Shojo

Le mari de mon frère (4 tomes) – Gengoroh Tagame – Manga/Shojo

4e de couverture

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

Auteur : Gengoroh Tagame
Type : Manga
Genre : Shojo
Dernière édition : 2016 (Editions Akata)
Prix : 7,95€ le tome

Mon avis

C’est complètement par hasard, en flânant devant le rayon manga, que j’ai trouvé Le mari de mon frère à la bibliothèque. Sensible aux thèmes LGBT, j’ai choisi de découvrir cette série.

Nous allons découvrir une petite fille et son père, vivant ensemble dans la banlieue de Tokyo, me semble-t-il. Tout les deux mènent une vie très calme entre métro, boulot et dodo, jusqu’au jour où un beau-frère venu du Canada vient leur rendre visite. Et ce beau-frère n’est rien d’autre que le mari du frère du papa, défunt, dont il perd le contact à cause de son homosexualité…

Si vous connaissez quelqu’un qui n’est pas vraiment à jour sur ces sujets ou qui tient des propos assez limites sur l’homosexualité ou les sexualités en général, je ne peux que vous conseiller de mettre ce court manga de quatre tomes seulement entre ses mains. Le thème principal est vachement bien abordé. Cela s’explique par le fait que Gengoroh Tagame soit lui-même gay. Au milieu de l’histoire, on trouve des encarts explicatifs sur la communauté LGBT ; c’est aussi un manga que l’on pourrait, à mon sens, très bien donner à un adolescent qui se chercherait et qui aimerait en savoir plus sur ces sujets.

L’histoire est extrêmement dé-culpabilisante en plus d’être très mignonne. Au contact de son beau-frère et devant la tolérance de sa petite fille, notre papa va abandonner peu à peu ses idées préconçues pour considérer son frère tel qu’il était réellement. Le récit est tout en douceur et en finesse. C’est un récit très « tranche de vie » et on ne s’ennuie pas, grâce à un récit très rythmé et qui arrive à se renouveler, malgré ce qu’on pourrait penser – il est vrai que le préjugé du « shojo où il ne se passe vraiment rien à part des bisous et des câlins » à la peau dure chez moi –.
Le fait que ce soit un manga court est parfait, à mon sens. A la fin du quatrième tome, j’ai été triste de quitter cette jolie famille redevenue paisible, mais je vois difficilement ce qu’aurait pu dire un cinquième tome sans tourner en rond.
Cette histoire est servie par des dessins vraiment tout choupinous dont j’ai beaucoup aimé le style. L’auteur a vraiment un joli trait tout en douceur qui s’accorde bien avec le récit.

Les personnages sont la véritable plus-value de ce manga, et sont d’ailleurs au centre de l’histoire, caractéristique propre à son genre. J’ai adoré cette petite fille qui fait briller tout le récit par son insouciance, et son ignorance qui l’emmène à une tolérance incroyable face aux gens différents. C’est une caractéristique que l’on retrouve chez beaucoup d’enfants qui ont l’occasion de se forger leur propre opinion sur l’homosexualité. J’ai aussi adoré ce papa qui doit s’occuper tout seul de sa fille après sa séparation avec la maman, et qui, au contact d’elle, va apprendre à accepter son frère mais aussi son beau-frère. Et que dire de ce nouvel arrivant aussi très intéressant, malgré le fait qu’il souffre peut-être un peu du gaijin-power – le fait que les japonais soient très admiratifs des étrangers – et dont l’histoire et le développement est vraiment émouvant.
La relation entre le papa et ce beau-frère est aussi très belle. D’abord très éloignés, ils vont petit à petit se rapprocher au fil des tomes, soulevant des problématiques et questionnements toujours intéressants.

En conclusion, j’ai beaucoup aimé ce court manga que j’ai adoré suivre durant ces quatre petits tomes. C’est une histoire vraiment douce et pleine d’amour, qui prône la tolérance et l’importance d’être soi. Il devrait, à mon sens, y avoir plus d’œuvres comme celle-ci. Si vous êtes en recherche d’une histoire pleine de tendresse, ou que vous êtes demandeurs d’informations sur l’homosexualité ou même les LGBT en général, je ne peux que vous conseiller ce manga qui me restera comme un très beau souvenir.

Ma note finale

4/5
Créatrice de La Plume. J'aime partager mes lectures avec vous :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top